LE BLOG DE MICHET

Pour apprendre, s’amuser et partager.

mercredi, 20 mai 2015 13:13

En transition

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Jamais facile les transitions

Nous vivons au cours de notre vie plusieurs transitions et cette période d’entre-deux n’est jamais facile. On vient de quitter une situation familière, on a perdu nos points de repère et on ne sait pas encore ce qui nous attend.


pont-suspendu-capilano-vancouver - 400 pixels
Pas évident, pas drôle par moments et rarement agréable surtout quand ce n’est pas un choix personnel et que ça se prolonge.

Vente de l’entreprise où l’on travaille, déménagement suite à une hausse importante de loyer, perte d’un emploi, départ du conjoint ou son décès, départ d’un enfant ou son décès, départ à la retraite, etc.

Cette période de transition apporte son lot d’incertitudes (où est-ce que je serai dans un an, comment je pourrai survivre à une telle perte (ex. conjoint/enfant), est-ce que je pourrai un jour trouver le bon partenaire? Comment je ferai pour arriver avec cette baisse de revenus à la retraite et qu’est-ce que je vais faire de tout ce temps? En d’autres mots, qu’est-ce qui va m’arriver?

Normal alors d’avoir peur. Par nature, on aime bien quand ça ne bouge pas trop, qu’il y a juste assez d’imprévus pour que ce soit amusant et stimulant.

Alors, quoi faire pour apprivoiser ces périodes de transition? Quoi faire pour s’en faire des alliées?

Voici quelques pistes de solution qui pourraient vous être utiles :

D’abord, acceptez la situation. Vous êtes en période de transition, ce n’est pas facile et c’est normal d’avoir peur, d’être angoissé ou inquiet. Accepter vous enlèvera un grand poids. N’essayez surtout pas de nier et de faire semblant que tout va bien, cela ne ferait que reporter et amplifier la douleur qui vient avec les pertes et les deuils.

Accueillez la situation du mieux que vous le pouvez. N’essayez pas de jouer au héros. Laissez ça aux acteurs de film.

Prenez soin de vous. Écoutez les besoins qui se manifestent et respectez-les (besoin de solitude, d’en parler, de pleurer, de crier, etc.)

Prenez le temps qu’il faut (et personne ne peut savoir à l’avance combien de temps cette période de transition durera)

Acceptez l’aide qu’on vous propose (vous en avez besoin et vous êtes important pour les gens qui vous l’offrent. Et fait non négligeable, vous aider les aidera aussi.)

Recherchez l’aide dont vous avez besoin (n’ayez pas peur de demander ou de payer pour des services - thérapies, rédaction de c.v., services de rencontres - selon vos besoins).

Acceptez d’être humain et vulnérable. Oui, les changements font partie de la vie, on ne peut pas y échapper, mais que cela vous rende parfois inquiet, angoissé, apeuré ou déstabilisé en cours de route est tout à fait normal.

Ne tombez pas dans le piège de la victime qui ne comprend pas pourquoi ça lui arrive à elle (ou pourquoi ça lui arrive encore.) Cela vous enlèverait vos moyens et ce n’est surtout pas ce dont vous avez besoin présentement.

En quelques mots, faites confiance au temps qui passe pour panser les plaies, prenez soin de vous et ne négligez aucune aide ou ressource qui pourrait vous être bénéfique pendant cette traversée.

Et lorsque la vie vous semblera plus facile, n’oubliez pas de réfléchir à ce que vous voulez pour la suite (prochain logement, emploi souhaité, prochaine relation amoureuse, style de vie à la retraite, etc.)

Car ne l’oublions pas, la vie nous mène là où se pose notre regard. En fait, ça commence souvent par un rêve. Alors soyons vigilant afin que la suite soit encore plus lumineuse. 

Lu 1685 fois Dernière modification le jeudi, 18 juin 2015 14:13

Éléments similaires (par tag)

Plus dans cette catégorie : « Être fort La liberté c'est... »

6 Commentaires

  • Lien vers le commentaire mercredi, 03 juin 2015 00:14 Posté par Michet

    Merci Louise et Luc,

    Vos commentaires m'ont touchée.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire mercredi, 27 mai 2015 01:20 Posté par Luc P.

    Oui je veux que la suite soit encore plus lumineuse... Merci de m'avoir sorti de ma torpeur.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire mercredi, 27 mai 2015 01:13 Posté par Louise Archambault

    Votre article m'a rassurée, j'avais l'impression que je ne m'en sortirais jamais. Ce que je retiens "acceptez que je sois en transition", que "c'est normal de me sentir déstabilisée et d'avoir peur", que "c'est temporaire" et aussi "de prendre soin de moi" et "de prendre le temps qu'il faudra."

    Déjà, de l'avoir écrit me fait un bien énorme. Merci Michet. Vous êtes mon ange gardien.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire lundi, 25 mai 2015 03:04 Posté par Michet

    Merci Mireille et Gilles pour votre "feed back",
    Je suis heureuse de voir que ces pistes de solutions vous ont inspirés. Je vous souhaite une belle traversée. Qui sait ce qui vous attend de l'autre côté? Vous pourriez avoir de belles surprises... et n'oubliez pas de prendre soin de vous.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire lundi, 25 mai 2015 02:02 Posté par Gilles T

    Bonsoir Michet,
    Tellement vrai. Dans mon cas, j'ai toujours pensé que j'étais capable de m'organiser seul, mais là, je sens bien que je perds pied et que ça ne s'améliore pas. Je suis sans emploi depuis plusieurs mois et c'est comme si tout était devenu trop difficile. Une chance que ma femme et mes enfants sont là. On m'avait référé un organisme pour m'aider dans ma recherche d'emploi, je les appelle demain. Merci. Vous m'avez touché d'une manière que je ne saurais expliquer. Ce n'est pas l'avenir dont je rêve pour moi et ma famille et j'ai encore beaucoup à donner.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire lundi, 25 mai 2015 01:36 Posté par Mireille Gingras

    Bonjour Michet,

    Je traverse actuellement une période très difficile; la fin de mon couple. Ça aura pris quelques années avant de passer à l'acte parce que je m'en faisais pour les enfants. Je ne voulais pas les traumatiser. Là, ça y est et ce n'est pas facile tous les jours. Le quotidien me rentre dedans souvent ces temps-si.

    Vous lire m'a fait du bien. Il m'a rappelée que je suis humaine et vulnérable et que c'est normal d'être apeurée et déstabilisée. Ce qui m'a aussi fait du bien c'est de me faire rappeler que c'est passager. J'étais en train de l'oublier.

    Je vais commencer à réfléchir à ce que je veux comme vie, c'est une très bonne idée. Ça m'aidera à ne pas m'appesantir sur mon sort, mais plutôt à me concentrer sur la vie que je veux vraiment.

    Merci Michet, votre article ne pouvait mieux tomber.

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

logo-novisoft