LE BLOG DE MICHET

Pour apprendre, s’amuser et partager.

mardi, 17 novembre 2015 15:16

Je me demande où on serait

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Je me demande où on serait  

Si on arrêtait de courir, de performer, d’en faire plus, d’en vouloir plus, toujours plus. 

Parfois, je nous imagine vivants, vibrants, présents à ce qui est là autour et il me semble à ce moment-là que la vie se fait douce, légère, entière.   

Arrêter tout pour être… tout simplement. Michel marchant sur la plage - pour mon blogue

Arrêter tout et… écouter…, ressentir…, respirer…, accueillir la vie. 

Arrêter tout et apprivoiser le silence, le vide, l’isolement.

Mais on a souvent peur du silence, du vide, de l’isolement. Pourtant, c’est souvent dans ces moments d’accalmie, lorsque l’esprit se libère qu’émergent les meilleures idées et qu’arrivent les solutions.  

Oui, on se la fait compliquée parfois la vie… quand elle peut être si simple en « étant » tout simplement. 

Vous avez développé des trucs et des techniques pour y arriver? N’hésitez pas à commenter.

J’y ajouterai mes petits secrets. Ceux qui me permettent de me déposer, de lâcher prise et de me sentir heureuse et reconnaissante.

Lu 2105 fois Dernière modification le jeudi, 19 novembre 2015 20:27

6 Commentaires

  • Lien vers le commentaire mercredi, 25 novembre 2015 20:11 Posté par Michet

    Merci pour vos commentaires.
    Mes trucs et astuces pour arrêter tout, faire le vide et me brancher sur l'essentiel?
    À venir dans mon prochain article sur ce blogue.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire vendredi, 20 novembre 2015 16:05 Posté par Alexandra Sweeney

    J'adore...

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire jeudi, 19 novembre 2015 21:09 Posté par Diane Brunelle

    Votre texte me fait penser à cette phrase trouvée sur internet et dont j'ignore le nom de l'auteur: "Le bonheur est comme un papillon qui, lorsqu'il est pourchassé, reste toujours hors de portée, mais qui, si nous restons assis calmement, viendra peut-être se poser sur nous."

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire jeudi, 19 novembre 2015 20:42 Posté par Réjean Dupré

    De mon côté, je ne sais pas où on serait si on arrêtait de courir, de performer, d’en vouloir toujours plus, mais je sais où on irait moins... voir son médecin parce qu'on est trop fatigué, malade ou anxieux, qu'on a de la difficulté à digérer et que notre pression est trop haute.
    C'est ce qui m'est arrivé il y a 5 ans. J'ai fait un "burn out". Arrêt de travail, antidépresseurs, thérapie. J'ai appris à la dure, mais j'ai appris.
    J'ai révisé mes priorités et mon bien-être et ma famille passent maintenant bien avant le travail. Du travail, il y en aura toujours là où je suis ou ailleurs. Ma santé et ma famille, c'est moins certain si je n'y vois pas.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire jeudi, 19 novembre 2015 20:25 Posté par Solange

    Bonjour Michet,
    Encore une fois bravo. Tu me secoues les puces et c'est ok. Avec la vie de fou qu'on mène, on oublie souvent de s'arrêter pour "être" comme tu l'écris si bien.
    J'ai pris la décision il y a quelques années de me consacrer chaque semaine une journée (ou au minimum, une soirée) pour faire uniquement ce qui me tente. Ce n'est jamais très compliqué: un bon repas au resto avec une copine, une sortie au cinéma seule un après-midi de semaine, une soirée musique où je ne fais strictement rien, sauf écouter de la musique, une journée où je pars me promener dans le Nord.
    C'est fou comme ça me remets sur le piton. J'ai hâte de connaître tes "petits secrets". À bientôt.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire jeudi, 19 novembre 2015 10:35 Posté par michel

    Belle photo en fonction du thème

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

logo-novisoft