LE BLOG DE MICHET

Pour apprendre, s’amuser et partager.

LA RETRAITE (27)

Pour recevoir gratuitement par courriel, les articles sur la RETRAITE au fur et à mesure qu’ils sont publiés, inscrivez-vous à notre flux rss en cliquant sur l’icône orange au-dessus de ce texte, à droite. Vous pouvez, bien sûr, en tout temps vous désabonner.

jeudi, 03 janvier 2019 00:18

Une retraite heureuse

Écrit par

Image retrait heureux

Une retraite heureuse,

Plus qu'une question d'argent

Lorsque je fais un tour de table au début d'une session de préparation à la retraite pour connaître les objectifs des participants, inévitablement entre 80 et 90 % sont d'abord là pour l'aspect financier.

« De combien vais-je disposer? Est-ce que j'en aurai assez pour vivre confortablement? Est-ce que je devrais continuer à travailler encore quelques années pour augmenter mes rentes?, etc., etc. »

Et au terme de ces sessions, invariablement plusieurs insistent sur l'apport du volet psychosocial dans cette démarche de réflexion.

Parce qu'une retraite heureuse, ce n'est pas qu'une question financière.

C'est aussi avoir le goût de se lever le matin pour profiter de sa journée, avoir une vie riche en contacts significatifs, des activités qui nous rendent heureux et la santé pour pouvoir en profiter pleinement.

Mais, comme tout dans la vie, ce n'est pas magique. Ça commence par soi. « Qu'est-ce qui me rend heureux?, Qu'est-ce qui m'emplit de bonheur?, Quand suis-je le plus heureux?, À faire quoi?, Avec qui?, Qu'est-ce qui est prioritaire pour moi?, etc. »

Parce qu'au final, personne d'autre que nous ne peut mieux répondre à ces questions et le danger serait d'attendre que quelqu'un d'autre s'en charge.

Le danger est réel. Les retraités malheureux ont souvent l'impression que les autres ne s'occupent pas assez d'eux : leur conjoint(e), leurs enfants, les anciens collègues qui avaient pourtant dit qu'ils garderaient le contact, les ami(e)s qui n'appellent pas assez souvent, etc.

Et plus ils se plaignent, plus ils font le vide autour d'eux.

Comment faire pour renverser la vapeur? S'INVESTIR.

S'investir dans sa vie. La transformer au gré de ses nouvelles priorités (et ça inclut la santé, bien sûr). Enrichir son quotidien d'activités nourrissantes pour le corps et l'esprit. Diversifier ses sources d'amour, de plaisir et d'appartenance.

Et ce ne sont pas les opportunités qui manquent : cours, conférences, loisirs offerts par les municipalités, bénévolat, sans oublier tout ce qu'on peut trouver sur le web sans avoir à se déplacer.

Mais si l'argent est un réel problème, que faire? Peut-être pourriez-vous songer à déménager, partager les frais avec un(e) colocataire, augmenter vos revenus avec un retour partiel sur le marché du travail, ou encore trouver des alternatives pour diminuer vos dépenses tout en respectant vos priorités.

Encore une fois, ce n'est pas magique. Ça demande un engagement, un engagement envers soi, celui d'être le maître d'œuvre de son bonheur et de s'y engager. C'est là que la vie prend tout son sens.

Il y a des journées où c'est plus facile et d'autres où ça demande tout un effort. Eh oui, comme tout ce qui vaut la peine.

Et vous en valez la peine.

 

mardi, 20 novembre 2018 06:39

Pour vieillir sereinement

Écrit par

Pour vieillir sereinement - photoPour vieillir sereinement

Accepter

Accepter que le corps ne suivent plus aussi vite que la tête… encore pleine de projets.

Qu’on ait besoin de ralentir et parfois même de s’arrêter.

Oui, accepter et… s’en trouver heureux.

Un beau défi à apprivoiser petit à petit. Petit à petit  parce qu'on est habitué à courir, à performer, à vouloir suivre tout ce que nous dicte la tête.

Mais voilà, la tête peut bien continuer de rêver, le corps lui nous rappelle qu'il n'a plus 20 ans, ni 30, ni 40.

Oui, accepter et s'en trouver heureux pour vieillir sereinement. 

Pour vieillir sereinement

Accepter

Accepter que le corps ne suivent plus aussi vite que la tête… encore pleine de projets.

Qu’on ait besoin de ralentir et parfois même de s’arrêter.

Oui, accepter et… s’en trouver heureux.

Un beau défi à apprivoiser petit à petit. Petit à petit  parce qu'on est habitué à courir, à performer, à vouloir suivre tout ce que nous dicte la tête.

 Mais voilà, la tête peut bien continuer de rêver, le corps lui nous rappelle qu'il n'a plus 20 ans, ni 30, ni 40.

Oui, accepter pour vieillir heureux et serein.

dimanche, 30 avril 2017 07:24

Préparer sa retraite et y être heureux

Écrit par

Photo petit princePréparer sa retraite et y être heureux

Se préparer à prendre sa retraite, c’est un peu comme se préparer à faire un long voyage dont on a entendu parler, mais qu’on n’a pas encore visité.

Bien s’y préparer c’est d’abord identifier sa destination. Qu’est-ce que je souhaite faire à la retraite?

C’est ensuite s’assurer d’avoir le budget pour y arriver.

Connaître ses différentes sources de revenus.

Être prêt à visiter des contrées inconnues et à se secouer les puces quand la léthargie nous gagne.

C’est demeurer ouvert et disponible tout au long du voyage pour voir et saisir les opportunités de bonheur qui vont immanquablement se présenter.

C’est garder l’œil ouvert sur son objectif de vie : être heureux.

C’est prendre la responsabilité de son bonheur et ne pas attendre que d’autres s’en occupent ou que la situation change.

C’est s’impliquer, s’investir dans un projet, une activité, dans la vie en général.

C’est accepter que le métabolisme ralentit, qu’il faut entretenir son corps et son esprit, les challenger parfois. Une journée ou deux à ne rien faire, ça va. Un mois ou deux, attention, danger. Manque de motivation ou d’intérêt? Problème de santé? Ça vaut vraiment la peine d’investiguer pour maintenir sa qualité de vie.

C’est se fixer de nouvelles priorités et être prêt à les changer si en cours de route on voit que le bonheur est ailleurs.

C’est se choisir, revenir à l’essentiel et garder le cap sur ce qui compte vraiment pour nous.

Il y aura des hauts et des bas et c’est ok. La retraite ce n’est pas magique, c’est la vie qui continue… autrement.

-------------

Intéressés par ce que les 2 paliers de gouvernement pourraient vous verser? Voici 2 liens utiles pour les résidents du Québec:

Pour connaître le montant de rentes de la RRQ auxquelles vous pourriez avoir droit

http://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/services/services_en_ligne/regime_rentes_quebec/Pages/regime_rentes_quebec.aspx

Pour vérifier la PSV (Pension de sécurité de vieillesse) versée par le gouvernement fédéral à compter de 65 ans https://www.canada.ca/fr/services/prestations/pensionspubliques/rpc/securite-vieillesse/paiements.html

 

envolAvant de m'envoler

Une amie m'a approchée avec un très beau projet sur lequel planche un de ses participants en démarrage d'entreprise et j'ai pensé que le sujet méritait qu'on s'y intéresse.

En bref, confronté au décès de sa mère, Steve Therrien, s'est rendu compte qu'il y avait bien des choses auxquelles il n'avait pas pensé et qu'il aurait bien aimé pouvoir consulter sa mère quant à la façon dont elle aurait voulu que ça se passe, sans compter toutes les informations qu'elle aurait pu lui transmettre et les étapes à suivre pour que les choses se fassent de "la bonne façon".

Il s'est dit que cette expérience pouvait sûrement être utile à d'autres. Ce n'est pas tous les jours que le décès d'un de nos proches survient et malgré toute notre bonne volonté, on ne sait pas toujours par où commencer et encore moins si c'est ce qu'aurait souhaité la personne décédée, à moins qu'elle nous en ait fait part avant de nous quitter.

D'où l'idée de créer une trousse "Avant de m'envoler" pour faciliter la vie à ceux qui restent, après notre décès.

Je sais, l'idée de la mort, ce n'est pas très jojo et on préfère ne pas trop y penser, mais elle sera là un jour, qu'on le veuille ou non. La différence avec une telle trousse, c'est que ce sera plus facile pour ceux qu'on aime de passer à travers tous ces bouleversements.

Le projet va bon train, il y travaille depuis un certain temps déjà et il compte le présenter à différents intervenants pour s'assurer que tout est conforme.

Parallèlement, il fait présentement une étude de marché pour vérifier l'intérêt des gens à une telle trousse.

Mon but avec ce post, vous faire connaître ce projet et vous inviter à lui faire connaître votre intérêt ou non intérêt à une telle trousse en complétant ce très court sondage en cliquant sur ce  lien https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSccg6Y4L4lX0CX2j4LmdzS4X0AMf5mmQu4fCr_yg8AyG45lwg/viewform

Vous aurez de plus un aperçu des infos qu'il compte couvrir.

Une autre façon de prendre soin de ceux qu'on aime.

Michet

Bien vieillirVous avez été plusieurs à RÉFLÉCHIR SUR les avantages de vieillir

Que ce soit sur Facebook, par courriels ou à la suite de l'invitation lancée sur ce Blogue, vous avez été plusieurs à vouloir partager les avantages que vous trouviez à vieillir.

Tel que promis, voici un résumé des principaux avantages que vous m'avez fait parvenir.

  • Un sentiment de liberté, d'accomplissement et de bien-être
  • Une meilleure connaissance de soi. On sait mieux ce qu'on aime et ce qu'on n'aime pas, ce qu'on veut et ne veut pas
  • Plus d'assurance. Les expériences vécues nous ont amenées à développer de nouvelles compétences et à prendre conscience de nos forces et de nos habiletés
  • Moins susceptible de céder aux pressions extérieures, par exemple au regard des autres, à la publicité, au qu'en-dira-t-on
  • Le goût de partager nos découvertes
  • Le goût de donner au suivant, conscient d'avoir beaucoup reçu et d'avoir été aidé et soutenu lorsqu'on était jeune
  • Une certaine paix intérieure et une forme de détachement après avoir pris conscience que tout finit par passer et que le mieux est encore de faire de son mieux pour ensuite lâcher prise et faire confiance

 

Et pour un accès direct aux commentaires laissés à la suite de l'invitation lancée, je vous rappelle le lien. 

http://www.lmsickini.com/blogue-section-retraite/item/155-quels-avantages-voyez-vous-a-vieillir.html

Vous auriez des choses à ajouter? N'hésitez pas...

À bientôt,

Michet

mercredi, 04 mai 2016 06:33

Quels avantages voyez-vous à vieillir?

Écrit par

Diverses gnrationsJe me suis levée ce matin avec une idée

Et si on réfléchissait ensemble aux avantages qu'on voit au fait de vieillir?

On a un jour 20 ans, un autre, 30, 40, 50, 60, 70... ans

Et si tout va bien et qu'on est chanceux, ça pourrait continuer pendant un bout de temps.

Alors, là, aujourd'hui, quel que soit notre âge, quels avantages voyons-nous au fait de vieillir? 

Je vous invite à réfléchir à la question et à y répondre... pour le plaisir, juste pour le plaisir... et je vous reviens bientôt avec le résultat de cette mini-enquête qui n'a aucune autre prétention que celle d'échanger entre nous sur le bonheur et les avantages de vieillir.

Laissez un commentaire ou envoyez-moi un courriel à  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

J'ai hâte de vous lire.

Michet

Le saviez-vous?

bk-list En 1927, la PSV (la pension de vieillesse ou la rente du Fédéral comme certains l'appellent) commençait à être versé à 70 ans alors que l'espérance de vie tournait autour de la soxantaine.

bk-list D'ici quelques années, une personne sur quatre aura plus de 65 ans.

bk-list Pour plusieurs, la retraite va durer plus longtemps que la carrière.

bk-list Les personnes âgées sont les gens qui se disent les plus heureux, toute catégorie confondue.

bk-list Le pourcentage de personnes âgées en Centre d'hébergement est vraiment minime, pourtant on a l'impression que la plupart s'y retrouveront un jour.

Le sujet vous intéresse? Voici le lien pour accéder à une très belle émission télé (environ 20 minutes) qui démantèle bien des stéréotypes sur le sujet. L'émission Second Regard du dimanche 23 août 2015 sur les ondes de Radio-Canada.

http://ici.radio-canada.ca/tele/Second-regard/2014-2015/episodes

Et n'hésitez pas à partager...

Bonne rentrée,

Michet

 

 


 

 

 

mardi, 05 mai 2015 03:51

Vieillir en beauté

Écrit par

OctosDynamos Cover-440x242Quand vieillir rime avec bonheur

Au Québec on vit de plus en plus longtemps et de plus en plus longtemps….. en santé. Autrefois, il n’était pas rare de voir les gens prendre leur retraite et tomber malades peu de temps après ou même mourir (oups…., j’allais écrire « ou même en mourir », quel lapsus ».

Heureusement, les temps ont changé.

Certains continuent de travailler encore longtemps parce qu’ils adorent ce qu’ils font (c’est le cas de 9 octogénaires bien connus que Michel Coulombe a interviewés et qu’il nous présente dans un documentaire fascinant OCTOS DYNAMOS, d’autres font du bénévolat, suivent des cours (enfin ils en ont le temps) ou pratiquent leurs sports préférés à leur rythme et quand ça leur convient. 

Malgré tout le corps s’use, la mémoire nous joue parfois des tours et de façon générale les choses prennent plus de temps à se faire.

Alors comment aborder ces changements le cœur léger et l’âme sereine quand on sait que la suite ne nous ramènera pas au dynamisme et à l’énergie que nous avions à vingt ans?

Oui, comment l’accueillir, l’accepter et en tirer parti. En d’autres mots, comment en être heureux?

Je ne pourrais pas citer ici tous les « secrets » qui font que des gens de 80 ans et plus ont encore beaucoup de plaisir à vivre et à en parler, mais permettez-moi de vous présenter quelques idées qui m’ont interpellée lors du visionnement d’Octos Dynamos. Idées présentées par 9 octogénaires bien connus : Janette Bertrand, Jacques Languirand, Antonine Maillet, Edgar Fruitier, Béatrice Picard, Richard Garneau, Monique Mercure, Fernand Dansereau et Jacques Godin.

 J’y ai vu plusieurs leçons de vie à méditer. Elles m’inspirent encore aujourd’hui. Je vous les présente comme je les ai notées au fur et à mesure que ces artistes s’ouvraient devant la caméra.

 bk-list L’énergie vient du désir… et… ça se cultive le désir.

 bk-list L’énergie, c’est renouvelable. En dépensant de l’énergie, j’en crée d’autres. Plus je travaille, plus j’ai le goût de travailler. Plus j’écris, plus j’ai d’inspiration.

 bk-list Quand on n’a plus de projet, on meurt ou on dépérit.

 bk-list J’ai une drôle de philosophie dans la vie. Je vis comme si je ne mourrais jamais. Je ne vis pas dans le passé. Je ne vis pas dans l’avenir. Je vis dans le présent. Je profite de ce que j’ai et c’est ça qui est important.

 bk-list Je pense que c’est très important de soigner le corps. Je m’entraîne 3 fois/semaine. Frapper sur mon punching bag, c’est bon, ça défoule. Moi je frappe beaucoup de monde sur mon punching bag. (rires….)

 bk-list Je comble mes lacunes d’une vie trop courte et trop petite en l’agrandissant avec tous les possibles… J’imagine pas « Je suis rentrée dans la fin de ma vie ». Non. Je suis en pleine vitalité et je suis en train de vivre des moments qui sont particulièrement précieux parce qu’ils sont longs de mémoire.

 bk-list Il faut avoir un certain sens de l’humour. Il faut accepter les signes du vieillissement. Qu’est-ce que vous voulez, c’est fatal. Ou bien on meurt, ou bien on vieillit. Moi je préfère vieillir…

 bk-list Je fais des exercices de mémoire. C’est la concentration en vieillissant qu’on doit travailler. On se déconcentre beaucoup plus facilement en vieillissant, tout nous intéresse.

 À la question : « Quand devient-on vieux? », ils ont répondu :

 bk-list Tu deviens vieux quand tu te dis que t’es vieux

 bk-list quand tu deviens amer

 bk-list quand tu te mets dans le regret

 bk-list  quand tu n’es plus capable d’accepter la fluctuation des choses

 bk-list quand tu n’as plus de projets

 bk-list quand tu laisses la tristesse t’envahir

 bk-list Vieux est un âge dans la vie de quelqu’un, c’est la vie qui continue.

 bk-list Quand on est jeune, c’est normal, on veut tout savoir, on veut tout connaître, on veut tout apprendre, on veut, on veut, on veut, mais je pense qu’on n’apprécie pas toujours.

 bk-list C’est comme la température l’âge, des fois il fait beau, des fois il fait mauvais, c’est pas grave. Il faut prendre ce qui arrive.

 Il y a 3 grands pièges dans la vie, trois grandes illusions :

 bk-list Quand t’es jeune, c’est le sexe

 bk-list Quand t’es au milieu de ta vie, c’est le pouvoir

 bk-list Quand t’es vieux, c’est les honneurs.

Et il ne faut pas que tu te prennes dans les pièges. 

En conclusion. Qu’est-ce que je retiens de ces témoignages (encore plus nombreux que ceux-ci)?

Ces gens vivent dans le présent. Ils ne regardent pas derrière ou devant. Ils sont présents à ce qui se passe autour d’eux, aux gens qui les entourent. Ils sont actifs, en mouvement, conscients de la chance qu’ils ont d’être encore vivants et de faire un métier qui les passionne. Et ils apprécient la vie malgré les petits bobos qui les empêchent parfois de fonctionner comme ils l’aimeraient.

En d’autres mots, j’y ai vu des gens passionnés, présents, allumés et qui s’investissent dans chaque minute que la vie leur accorde pour en tirer le maximum.

Oui, de belles leçons de vie qui, je l’espère, vous auront aussi inspiré. 

Et si jamais vous voyez ce documentaire annoncé, n'hésitez pas. Allez le voir. Entendre ces artistes communiquer leur passion et leur joie de vivre est tout simplement contagieux.

 Michet

Témoignages d’octogénaires heureux

Au Québec on vit de plus en plus longtemps et de plus en plus longtemps….. en santé. Autrefois, il n’était pas rare de voir les gens prendre leur retraite et tomber malades peu de temps après ou même mourir (oups…., j’allais écrire « ou même en mourir », quel lapsus ».

Heureusement, les temps ont changé.

Certains continuent de travailler encore longtemps parce qu’ils adorent ce qu’ils font (c’est le cas de 9 octogénaires bien connus que Michel Coulombe a interviewés et qu’il nous présente dans un documentaire fascinant OCTOS DYNAMOS, d’autres font du bénévolat, suivent des cours (enfin ils en ont le temps) ou pratiquent leurs sports préférés à leur rythme et quand ça leur convient.

Malgré tout le corps s’use, la mémoire nous joue parfois des tours et de façon générale les choses prennent plus de temps à se faire.

Alors comment aborder ces changements le cœur léger et l’âme sereine quand on sait que la suite ne nous ramènera pas au dynamisme et à l’énergie que nous avions à vingt ans?

Oui, comment l’accueillir, l’accepter et en tirer parti. En d’autres mots, comment en être heureux?

Je ne pourrais pas citer ici tous les « secrets » qui font que des gens de 80 ans et plus ont encore beaucoup de plaisir à vivre et à en parler, mais permettez-moi de vous présenter quelques idées qui m’ont interpellée lors du visionnement d’Octos Dynamos. Idées présentées par 9 octogénaires bien connus :  Janette Bertrand, Jacques Languirand, Antonine Maillet, Edgar Fruitier, Béatrice Picard, Richard Garneau, Monique Mercure, Fernand Dansereau et Jacques Godin.

J’y ai vu plusieurs leçons de vie à méditer. Elles m’inspirent encore aujourd’hui. Je vous les présente comme je les ai notées au fur et à mesure que ces artistes s’ouvraient devant la caméra.

L’énergie vient du désir… et… ça se cultive le désir.

L’énergie, c’est renouvelable. En dépensant de l’énergie, j’en crée d’autres. Plus je travaille, plus j’ai le goût de travailler. Plus j’écris, plus j’ai d’inspiration.

Quand on n’a plus de projet, on meurt ou on dépérit.

J’ai une drôle de philosophie dans la vie. Je vis comme si je ne mourrais jamais. Je ne vis pas dans le passé. Je ne vis pas dans l’avenir. Je vis dans le présent. Je profite de ce que j’ai et c’est ça qui est important.

Je pense que c’est très important de soigner le corps. Je m’entraîne 3 fois/semaine. Frapper sur mon punching bag, c’est bon, ça défoule. Moi je frappe beaucoup de monde sur mon punching bag. (rires….)

Je comble mes lacunes d’une vie trop courte et trop petite en l’agrandissant avec tous les possibles… J’imagine pas « Je suis rentrée dans la fin de ma vie ». Non. Je suis en pleine vitalité et je suis en train de vivre des moments qui sont particulièrement précieux parce qu’ils sont longs de mémoire.

Il faut avoir un certain sens de l’humour. Il faut accepter les signes du vieillissement. Qu’est-ce que vous voulez, c’est fatal. Ou bien on meurt, ou bien on vieillit. Moi je préfère vieillir…

Je fais des exercices de mémoire. C’est la concentration en vieillissant qu’on doit travailler. On se déconcentre beaucoup plus facilement en vieillissant, tout nous intéresse.

À la question : « Quand devient-on vieux? », ils ont répondu :

Tu deviens vieux quand tu te dis que t’es vieux

Tu deviens vieux quand tu deviens amer

Tu deviens vieux quand tu te mets dans le regret

Tu deviens vieux quand tu n’es plus capable d’accepter la fluctuation des choses

Tu deviens vieux quand tu n’as plus de projets

Tu deviens vieux quand tu laisses la tristesse t’envahir

Vieux est un âge dans la vie de quelqu’un, c’est la vie qui continue.

Quand on est jeune, c’est normal, on veut tout savoir, on veut tout connaître, on veut tout apprendre, on veut, on veut, on veut, mais je pense qu’on n’apprécie pas toujours.

C’est comme la température l’âge, des fois il fait beau, des fois il fait mauvais, c’est pas grave. Il faut prendre ce qui arrive.

Il y a 3 grands pièges dans la vie, trois grandes illusions :

Quand t’es jeune, c’est le sexe

Quand t’es au milieu de ta vie, c’est le pouvoir

Quand t’es vieux, c’est les honneurs.

Et il ne faut pas que tu te prennes dans les pièges.

En conclusion. Qu’est-ce que je retiens de ces témoignages (encore plus nombreux que ceux-ci)?

Ces gens vivent dans le présent. Ils ne regardent pas derrière ou devant. Ils sont présents à ce qui se passe autour d’eux, aux gens qui les entourent. Ils sont actifs, en mouvement, conscients de la chance qu’ils ont d’être encore vivants et de faire un métier qui les passionne. Et ils apprécient la vie malgré les petits bobos qui les empêchent parfois de fonctionner comme ils l’aimeraient.

En d’autres mots, j’y ai vu des gens passionnés, présents, allumés et qui s’investissent dans chaque minute que la vie leur accorde pour en tirer le maximum.

Oui, de belles leçons de vie qui, je l’espère, vous auront aussi inspiré.

Michet

 

 

 

 

lundi, 27 avril 2015 10:55

Rabais pour les séniors

Écrit par

RABAIS POUR LES SÉNIORS DU QUÉBEC

Si vous avez 50 ans et pluscadeau

Peut-être aimeriez-vous connaître les rabais et les avantages dont vous pouvez bénéficier.

Lorsque j'anime en entreprise des sessions de préparation à la retraite ou que je donne des conférences, on me demande souvent où trouver cette information.

Je me suis dit qu'il serait intéressant de créer une liste des principaux rabais et avantages offerts aux séniors du Québec et de l'offrir sur ce Blogue.  Cette liste n'est pas exhaustive bien sûr..

Un petit conseil, informez-vous avant de passer à la caisse si l'entreprise qui vous intéresse n'est pas sur cette liste.

Imprimez là pour l'avoir sous la main et n'hésitez pas à partager ce lien pour que le plus de gens possibles puissent en profiter.

Rabais pour les séniors du Québec

Si vous éprouvez des problèmes à l'ouvrir, envoyez-moi un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et je vous l'acheminerez en pièces jointes.

Pour mes amis retraités 

Je vois depuis quelque temps des gens à la retraite qui ne se sentent pas bien de ne pas travailler. Ils ont l’impression qu’il y a quelque chose qui cloche. Tout ce temps dont il dispose maintenant sans structure ni organisation, sans objectif ni but à atteindre et sans aucune obligation ni défi à relever. 

mouettes  vancouver - 375 pixelsCertains m’ont confié se sentir coupables… coupables de ne pas travailler (l’argent rentre et je ne fais rien pour ça, c’est bizarre comme je ne me sens pas à l’aise)… coupables de ne pas trouver cela extraordinaire toute cette liberté retrouvée alors qu’ils ressentent plutôt un grand vide intérieure… coupables d’avoir tout ce temps et de ne pas avoir de plaisir à en disposer… coupables d’avoir l’impression de faire du surplace et de ne plus se sentir utiles. Et ils sont souvent les premiers surpris de faire ce constat. « Ce n’est pas ce que j’avais imaginé en prenant ma retraite ». 

Pas surprenant de se sentir désorienté pendant un certain temps quand on a passé 35, 40 et même 50 heures par semaine à travailler pendant 40 ans. (pour une entrée sur le marché du travail à 20 ans et une prise de retraite à 60 ans par exemple).  

Pas surprenant de se sentir désorienté quand on a été assujetti pendant toutes ces années à un horaire pensé par un employeur pour répondre à ses besoins. 

Le défi à la retraite en est un de taille. En effet quand avons-nous pris le temps de réfléchir à ce qui nous rendait heureux et donnait du sens à notre vie? Quand nous sommes-nous accordé la première place? Il y avait souvent quelque chose de plus important et qui réclamait notre attention (le conjoint, les enfants, les responsabilités professionnelles, les amis, etc.). Là, c’est à notre tour et peu de gens y sont habitués et y sont préparés. 

Une période de transition de quelques mois et parfois même quelques années est souvent nécessaire avant de trouver un style de vie et un rythme qui nous convient.  

Quatre choses me semblent essentielles pour réussir avec bonheur cette traversée. La première est de prendre conscience que, dorénavant, c’est à nous qu’il incombe d’organiser nos journées. Le travail n’est plus là pour le faire et s’attendre à ce que notre conjoint prenne la relève et ait des idées ou encore que nos amis ou anciens collègues pensent à nous et nous appellent est dangereux. Personne d’autre ne peut prendre cette responsabilité pour nous. 

La deuxième est de revoir ses priorités, guidé par ses intérêts, ses passions et tout ce temps dont nous disposons maintenant pour en profiter. 

La troisième est de se ménager un horaire qu’on pourra modifier éventuellement. Un horaire avec trois ou quatre activités récurrentes qu’on aime particulièrement. En se faisant un devoir de le respecter, indépendamment du temps qu’il fait (c’est tellement facile de se désister quand il fait froid, humide ou qu’il pleut…). Se ménager un minimum d’activités récurrentes durant la semaine rassure, sécurise et crée un sentiment d’emprise sur sa vie. Trois ou quatre activités, ça laisse aussi beaucoup de place pour les imprévues, les surprises et les coups de cœur qu’on risque d’avoir quand on est curieux, ouvert et disponible.  

La quatrième est en fait un des secrets que toutes les personnes heureuses à la retraite partagent. Ils ont des projets. Et c’est souvent ce qui les rend enthousiastes, dynamiques et leur procure beaucoup de bonheur. En fait, en y regardant de plus près, je réalise que c'est ce qui donne de la vie à leur vie.

mercredi, 04 mars 2015 12:18

Retraités heureux ou malheureux

Écrit par

Comment se passe votre retraite?

Avez-vous l'impression d'en profiter vraiment ou au contraire êtes-vous malheureux la plupart du temps?

Je vous propose aujourd'hui un petit exercice inspiré de mon livre: "LA RETRAITE? Oui, non, peut-être..."

Un petit exercice tout simple où je vous présente les caractéristiques associées aux gens heureux et malheureux à la retraite. Un petit exercice pour le plaisir de réfléchir à sa vie, à sa façon d'être et à ce qui pourrait la rendre encore plus belle.

 

LE RETRAITÉ HEUREUXmoi assise devant le lac les bras levs

• A des projets

• Apprécie... la vie, les gens, la température, le temps dont il dispose

• Est actif

• S'implique, s'investit

• Cherche à tirer parti de ce qui arrive

• Cherche le beau et le bon chez les gens et dans chaque situation

• Prends la responsabilité de son bonheur

• Si ça ne va pas, cherche comment changer la situation

• S'intéresse aux autres

LE RETRAITÉ  MAL...       Soleil - retrait mal heureux    HEUREUX  

                                                             

• Attend...qu'on l'appelle, qu'on ait des idées pour lui

• Se plaint... du prix de l'essence, de la lumière rouge qui n'en finit plus, des enfants qui n'appellent pas, du gouvernement, des voisins bruyants, de ses bobos, petits et grands

• S'isole

• Cherche des coupables. S'il est malheureux, c'est à cause des autres, de ce qui lui arrive

• Cherche des responsables à son malheur

• Si ça ne va pas, se plaint, bougonne et... bougonne

• Pense que les autres ne s'intéressent pas assez à lui

 

ALORS, OÙ VOUS SITUEZ-VOUS LA PLUPART DU TEMPS?

Si ça ne va pas à votre goût, n'hésitez pas à vous secouer les puces. Allez vers les autres, ne vous isolez pas. Multipliez vos sources d'amour, de joie et de plaisir. Le bonheur est dans le mouvement, la connexion aux gens avec lesquels on se sent bien et le sentiment d'accomplissement. Et n'oubliez pas de dire MERCI. Un coeur rempli de gratitude est un coeur heureux.

mercredi, 11 février 2015 03:36

L'argent à la retraite

Écrit par

enquête sur la situation financière des retraités

J'anime depuis plus de 15 ans des sessions de préparation à la retraite en entreprise et j'entendais régulièrement des planificateurs exhorter les futurs retraités d'engranger le plus d'économie possible afin de pallier aux coûts des activités qu'ils auraient enfin le temps de faire à la retraite, sans compter les médicaments qu'ils devraient éventuellement prendre, à un moment donné.  argent woody woodpecker

Ce qui était paradoxal cependant c'était le discours que plusieurs de mes amis retraités me servaient, à savoir que leur coût de vie à leur grande surprise avait diminué à la retraite.

Alors, pour le plaisir et aussi par curiosité, je me suis dit, allons voir ce qui en est auprès des gens directement concernés. Et en décembre 2014 je lançais un "appel aux retraités" sur Facebook et ma page web (www.lmsickini.com)

Vingt (25) personnes y ont répondu.

La question posée était simple : "Depuis que vous êtes à la retraite, est-ce que cela vous coûte plus cher ou au contraire moins cher pour vivre?" Je leur demandais aussi depuis combien de temps ils étaient à la retraite.

Cette mini-enquête maison n'a bien sûr aucune prétention scientifique et n'est sûrement pas représentative de ce qui se passe partout sur la planète. Elle a été menée au Québec entre le mois de décembre 2014 et février 2015 (2 mois) auprès de mes amis Facebook, de leurs amis et de ceux qui ont accédé à mon site web. Mais, je pense humblement que les résultats peuvent être des pistes de réflexions drôlement intéressantes pour qui s'intéresse au phénomène.

Alors, voici sans plus attendre un résumé des commentaires recueillis.

Allons-y d'abord de données quantifiables :

Vingt-cinq (25) personnes ont répondu à cet appel.

La durée allait de quelques semaines à la retraite jusqu'à 19 ans.

Aucune personne ne s'est dite malheureuse d'être à la retraite ou regrettait de l'avoir prise. Au contraire, vingt (20) personnes ont même souligné leur bonheur d'y être, même si la question n'avait pas été posée.

Parmi les commentaires les plus représentatifs, voici quelques exemples tels qu'ils m'ont été acheminés: « Pour moi qui suis à la retraite depuis 14 ans, difficile de donner un chiffre, mais ce que je peux te dire cependant c'est: Vive la retraite et  j'aime ma retraite »..... « Ça fait déjà 12 ans qui m'en ont paru 6 »..... « Dans mon cas, tout est sous contrôle et j'apprécie ma vie à la retraite; je peux cuisiner à mon rythme, j'ai moins de stress, je peux prendre la vie au ralenti et profiter de la présence de mes petites-filles et permettre aux parents de faire des économies en gardiennage »..... « J'ai dû m'ajuster; au début je me cherchais avec tout ce temps dont je disposais, mais après 4 ans, je n'échangerais pas cette liberté d'action pour tout l'or du monde ».

À « LA » question, à savoir « Depuis que vous êtes à la retraite, est-ce que cela vous coûte plus cher ou au contraire moins cher pour vivre?

Quatre (4) personnes ont mentionné qu'en début de retraite, leur coût de vie avait augmenté pour se stabiliser à la baisse par la suite. En début de retraite, ils avaient entrepris des rénovations à leur maison et fait des voyages.

Les autres (21 personnes) considèrent que cela ne leur coûte pas plus cher. Au contraire, leur coût de vie serait moindre. Moins d'essence (parce que moins de déplacements), moins de restos (parce que plus de temps pour faire de la popote), moins d'achats de vêtements (ce n'est plus nécessaire, c'est maintenant le confort qui prime et on ne sent plus le besoin de changer autant), etc.

Quinze (15) ont indiqué qu'ils s'étaient bien préparés financièrement. Ils s'étaient assurés de n'avoir aucune dette au moment de prendre leur retraite. Parmi les commentaires, en voici un qui résume bien la situation : « La préparation fut prévue quelques années auparavant : la maison payée, l'auto payée, aucune dette et pour y arriver, nous nous étions serré très grandement la ceinture. Quand tout fut payé, nous avons conservé ce rythme de vie plusieurs autres mois pour nous « coller » un petit coussin. Maintenant nous avons environ 35% des revenus que nous avions au travail et on arrive très bien avec cela. En grugeant 15% de nos économies, on comble le reste de nos besoins (d'ici à ce que nos pensions du Fédéral arrivent et alors elles remplaceront les retraits de nos économies).

Les participants à cette mini-enquête ont été très généreux y allant de précisions ou de commentaires qui allaient bien au-delà de la question posée. Je vous en livre quelques-uns qui résument bien la position de plusieurs autres:

• Non, ça ne me coûte pas plus cher, je vis avec ce que je reçois et je me porte très bien. Je suis retraitée depuis 6 ans et je suis très heureuse.

• Avec les années, mon pouvoir d'achat a diminué à cause de l'inflation, mais je me débrouille bien et je suis heureux de ce que j'ai.

• À la retraite depuis 3 ans 1/2, cela me coûte moins cher et j'ai même pu m'acheter un chalet grâce aux conseils de mon planificateur financier qui m'a donné de bons tuyaux pour y arriver.

• Comme mon conjoint travaille toujours, je n'ai pas fait de voyages. Actuellement, malgré mes diverses activités, ça me coûte moins cher.

• Les conseillers financiers veulent que l'on parvienne à vivre avec les intérêts de nos économies et la raison de leur motivation c'est que leurs commissions suivent les placements, Si les placements diminuent, leurs commissions diminuent aussi. Mais pensons-y, pourquoi avons-nous économisé? Pour nos besoins bien sûr. Notre conseiller a compris notre point de vue et vit bien avec notre décision de lui confier nos avoirs... avec des retraits.

• J'ai eu 2 emplois pendant des années pour arriver à la retraite sans aucune dette. Après cinq (5) ans, j'ai une meilleure idée de ce que je peux retirer chaque année de mes économies. Je paie des impôts lorsque je retire mes REER et oui, mais si je laisse à mon décès ces REER à mon conjoint ou à mes enfants, pensez-vous qu'ils ne paieront pas d'impôt? J'ai travaillé fort toutes ces années et j'ai fait des économies pour pouvoir en profiter à la retraite, alors j'ai bien l'intention d'en profiter de mon vivant. Mon conjoint et mes enfants sont au courant et ils sont entièrement d'accord.

• Mon père doit payer pour ma mère qui est maintenant placée en résidence alors que d'autres qui y habitent s'en tirent, pour les mêmes services, avec les chèques qu'ils reçoivent du gouvernement. Ça me fait réfléchir.

• Je me suis toujours organisé avec ce que j'avais. À la retraite, ça n'a pas changé. Et mes loisirs sont simples : prendre de longues marches dans la nature (ça ne coûte rien), lire (je vais à la bibliothèque), me baigner (je vais à la piscine municipale). Ce que j'apprécie le plus? La diversité.

Ah oui, j'allais oublier, deux personnes sont retournées travailler à temps partiel. Une parce qu'elle s'ennuyait, l'autre par besoin financier. Et une autre a continué à travailler à contrat dans un domaine qu'elle affectionnait particulièrement. Après quelques années à la retraite deux couples se sont départi de leur deuxième auto et s'en trouvent très heureux.  

En résumé, ce que je retiens des commentaires recueillis, c'est que :

• tous sont heureux de leur décision et personne ne regrette d'avoir pris sa retraite.

• la planification financière est le nerf de la guerre et consulter un planificateur financier peut être d'une grande aide tant pour sa préparation que pour le décaissement de ses économies une fois à la retraite

• sa stratégie de décaissement va avec le choix de profiter de ses placements de son vivant ou de les laisser à ses héritiers et il est utile de se poser la question

• les retraités qui ont participé à ce mini-sondage sont créatifs et réalistes. Ils se trouvent des activités qu'ils aiment et peuvent se payer.

• la liberté que procure la retraite est grandement appréciée

Quant à LA question posée au départ, à savoir si leur coût de vie avait fluctué, la plupart m'ont écrit qu'à la retraite, cela leur coûtait moins cher pour vivre.

Quatre (4 ) personnes ont fait mention qu'ils vivaient très bien avec des revenus correspondant à environ 45, 50% des revenus qu'ils avaient lorsqu'ils travaillaient. La différence viendrait de toutes les dépenses disparues avec le travail (différentes cotisations... syndicales, RRQ, ass-maladie, ass-parentales, ass-emploi, réduction du taux d'imposition parce que revenus moindres, etc... sans compter les dépenses liés aux déplacements (essence), aux restos sur l'heure du dîner, à l'achat de vêtements et aux gadgets électroniques (moins de pression pour se procurer les derniers gadgets qui viennent de sortir).

Un des participants que je ne connaissais pas, mais qui avait vu mon "appel" sur Facebook grâce au partage de sa cousine, m'a écrit avoir voulu participer parce qu'il trouvait la question intéressante. Ils avaient "stressé" lui et son épouse pendant 3 ans avant de faire le saut et pourtant...  Il aurait tellement apprécié pouvoir être rassuré. Selon lui, "le présumé 70% requis d'après les conseillers, c'est pour maintenir le même rythme de vie, avec une hypothèque à payer, une auto à financer, des dettes à rembourser, etc. Si tout cela est payé quand on arrive à la retraite, la situation est très différente". Ses propos font échos à plusieurs autres qui ont insisté sur l'importance d'arriver à la retraite sans dette et d'éviter le piège de l'endettement, une fois à la retraite. Et comme l'écrit l'un d'eux: "Moins on a de frais fixe, plus on a de flexibilité dans notre budget. Dans notre cas, cela signifie plus de voyages et moins de restos."

Encore une fois, cette mini-enquête n'a aucune prétention scientifique, mais les réponses obtenues à cet "appel aux retraités" nous donnent des pistes de réflexion drôlement intéressantes et témoignent qu'il est possible de se faire une belle vie à la retraite sans être millionnaire. On peut ne pas être d'accord avec tous ces commentaires, mais s'ils ont pu susciter le goût de vous renseigner, de bien vous préparer et ensuite d'en profiter, j'aurai atteint mon but.

Ma gratitude va aux vingt-cinq (25) personnes qui ont pris le temps de réfléchir à la question et de partager aussi généreusement allant bien au-delà de la question de départ. Vous êtes inspirants.

En espérant que cet exercice saura en inspirer d'autres...

Au plaisir,

Michet
Lise-Michet Sickini
www.lmsickini.com 

P.S. D'autres articles sont régulièrement publiés sur ce Blogue  http://www.lmsickini.com/blogue.html  Trois thèmes y sont abordés: l'AMOUR, le BONHEUR, la RETRAITE. Pour recevoir par courriel les articles au fur et à mesure qu'ils sont mis en ligne, c'est tout simple, en faire la demande à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Vos coordonnées seront ajoutées à la liste d'envoi. Vous pouvez vous désabonner en tout temps, bien sûr. 

Page 1 sur 2
logo-novisoft