LE BLOG DE MICHET

Pour apprendre, s’amuser et partager.

lundi, 20 avril 2015 18:05

Se sentir coupable de ne pas travailler

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pour mes amis retraités 

Je vois depuis quelque temps des gens à la retraite qui ne se sentent pas bien de ne pas travailler. Ils ont l’impression qu’il y a quelque chose qui cloche. Tout ce temps dont il dispose maintenant sans structure ni organisation, sans objectif ni but à atteindre et sans aucune obligation ni défi à relever. 

mouettes  vancouver - 375 pixelsCertains m’ont confié se sentir coupables… coupables de ne pas travailler (l’argent rentre et je ne fais rien pour ça, c’est bizarre comme je ne me sens pas à l’aise)… coupables de ne pas trouver cela extraordinaire toute cette liberté retrouvée alors qu’ils ressentent plutôt un grand vide intérieure… coupables d’avoir tout ce temps et de ne pas avoir de plaisir à en disposer… coupables d’avoir l’impression de faire du surplace et de ne plus se sentir utiles. Et ils sont souvent les premiers surpris de faire ce constat. « Ce n’est pas ce que j’avais imaginé en prenant ma retraite ». 

Pas surprenant de se sentir désorienté pendant un certain temps quand on a passé 35, 40 et même 50 heures par semaine à travailler pendant 40 ans. (pour une entrée sur le marché du travail à 20 ans et une prise de retraite à 60 ans par exemple).  

Pas surprenant de se sentir désorienté quand on a été assujetti pendant toutes ces années à un horaire pensé par un employeur pour répondre à ses besoins. 

Le défi à la retraite en est un de taille. En effet quand avons-nous pris le temps de réfléchir à ce qui nous rendait heureux et donnait du sens à notre vie? Quand nous sommes-nous accordé la première place? Il y avait souvent quelque chose de plus important et qui réclamait notre attention (le conjoint, les enfants, les responsabilités professionnelles, les amis, etc.). Là, c’est à notre tour et peu de gens y sont habitués et y sont préparés. 

Une période de transition de quelques mois et parfois même quelques années est souvent nécessaire avant de trouver un style de vie et un rythme qui nous convient.  

Quatre choses me semblent essentielles pour réussir avec bonheur cette traversée. La première est de prendre conscience que, dorénavant, c’est à nous qu’il incombe d’organiser nos journées. Le travail n’est plus là pour le faire et s’attendre à ce que notre conjoint prenne la relève et ait des idées ou encore que nos amis ou anciens collègues pensent à nous et nous appellent est dangereux. Personne d’autre ne peut prendre cette responsabilité pour nous. 

La deuxième est de revoir ses priorités, guidé par ses intérêts, ses passions et tout ce temps dont nous disposons maintenant pour en profiter. 

La troisième est de se ménager un horaire qu’on pourra modifier éventuellement. Un horaire avec trois ou quatre activités récurrentes qu’on aime particulièrement. En se faisant un devoir de le respecter, indépendamment du temps qu’il fait (c’est tellement facile de se désister quand il fait froid, humide ou qu’il pleut…). Se ménager un minimum d’activités récurrentes durant la semaine rassure, sécurise et crée un sentiment d’emprise sur sa vie. Trois ou quatre activités, ça laisse aussi beaucoup de place pour les imprévues, les surprises et les coups de cœur qu’on risque d’avoir quand on est curieux, ouvert et disponible.  

La quatrième est en fait un des secrets que toutes les personnes heureuses à la retraite partagent. Ils ont des projets. Et c’est souvent ce qui les rend enthousiastes, dynamiques et leur procure beaucoup de bonheur. En fait, en y regardant de plus près, je réalise que c'est ce qui donne de la vie à leur vie.

Lu 4410 fois Dernière modification le jeudi, 18 juin 2015 14:28

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire vendredi, 24 avril 2015 16:25 Posté par Michet

    Merci Madeleine et au plaisir de vous relire.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire jeudi, 23 avril 2015 03:35 Posté par Madeleine

    Oh que je me reconnais là. Vous avez trouvé les mots que je n'aurais jamais su trouver pour exprimer mon désarroi depuis que je suis à la retraite.

    On nous promet une vie de rêve à ne rien faire, mais moi me lever et me coucher quand je veux, ne rien faire ou aller souper au resto avec des amis, ça ne me rend pas heureuse longtemps.

    J'ai trouvé beaucoup de réconfort à vous lire. Finalement, si j'ai bien compris, je suis normale. Je retiens l'idée de me planifier 3 ou 4 activités récurrentes que j'aime chaque semaine. Et elles sont déjà toutes trouvées.

    Continuez Michet, vous êtes inspirante. Je vous suis et j'aime vous lire. C'est un plus dans ma vie.

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

logo-novisoft