LE BLOG DE MICHET

Pour apprendre, s’amuser et partager.

Si vous souhaitez recevoir gratuitement par courriel, les articles sur l’AMOUR, le BONHEUR et la RETRAITE au fur et à mesure qu’ils sont publiés, inscrivez-vous à notre flux rss, en cliquant sur l’icône orange en dessous de ce texte, à droite. Si vous préférez n’être abonné qu’à l’un de ces thèmes, cliquez sur l’icône apparaissant sur la page de ce thème. Vous pouvez, bien sûr, en tout temps vous désabonner.
mercredi, 20 mai 2015 13:13

En transition

Jamais facile les transitions

Nous vivons au cours de notre vie plusieurs transitions et cette période d’entre-deux n’est jamais facile. On vient de quitter une situation familière, on a perdu nos points de repère et on ne sait pas encore ce qui nous attend.


pont-suspendu-capilano-vancouver - 400 pixels
Pas évident, pas drôle par moments et rarement agréable surtout quand ce n’est pas un choix personnel et que ça se prolonge.

Vente de l’entreprise où l’on travaille, déménagement suite à une hausse importante de loyer, perte d’un emploi, départ du conjoint ou son décès, départ d’un enfant ou son décès, départ à la retraite, etc.

Cette période de transition apporte son lot d’incertitudes (où est-ce que je serai dans un an, comment je pourrai survivre à une telle perte (ex. conjoint/enfant), est-ce que je pourrai un jour trouver le bon partenaire? Comment je ferai pour arriver avec cette baisse de revenus à la retraite et qu’est-ce que je vais faire de tout ce temps? En d’autres mots, qu’est-ce qui va m’arriver?

Normal alors d’avoir peur. Par nature, on aime bien quand ça ne bouge pas trop, qu’il y a juste assez d’imprévus pour que ce soit amusant et stimulant.

Alors, quoi faire pour apprivoiser ces périodes de transition? Quoi faire pour s’en faire des alliées?

Voici quelques pistes de solution qui pourraient vous être utiles :

D’abord, acceptez la situation. Vous êtes en période de transition, ce n’est pas facile et c’est normal d’avoir peur, d’être angoissé ou inquiet. Accepter vous enlèvera un grand poids. N’essayez surtout pas de nier et de faire semblant que tout va bien, cela ne ferait que reporter et amplifier la douleur qui vient avec les pertes et les deuils.

Accueillez la situation du mieux que vous le pouvez. N’essayez pas de jouer au héros. Laissez ça aux acteurs de film.

Prenez soin de vous. Écoutez les besoins qui se manifestent et respectez-les (besoin de solitude, d’en parler, de pleurer, de crier, etc.)

Prenez le temps qu’il faut (et personne ne peut savoir à l’avance combien de temps cette période de transition durera)

Acceptez l’aide qu’on vous propose (vous en avez besoin et vous êtes important pour les gens qui vous l’offrent. Et fait non négligeable, vous aider les aidera aussi.)

Recherchez l’aide dont vous avez besoin (n’ayez pas peur de demander ou de payer pour des services - thérapies, rédaction de c.v., services de rencontres - selon vos besoins).

Acceptez d’être humain et vulnérable. Oui, les changements font partie de la vie, on ne peut pas y échapper, mais que cela vous rende parfois inquiet, angoissé, apeuré ou déstabilisé en cours de route est tout à fait normal.

Ne tombez pas dans le piège de la victime qui ne comprend pas pourquoi ça lui arrive à elle (ou pourquoi ça lui arrive encore.) Cela vous enlèverait vos moyens et ce n’est surtout pas ce dont vous avez besoin présentement.

En quelques mots, faites confiance au temps qui passe pour panser les plaies, prenez soin de vous et ne négligez aucune aide ou ressource qui pourrait vous être bénéfique pendant cette traversée.

Et lorsque la vie vous semblera plus facile, n’oubliez pas de réfléchir à ce que vous voulez pour la suite (prochain logement, emploi souhaité, prochaine relation amoureuse, style de vie à la retraite, etc.)

Car ne l’oublions pas, la vie nous mène là où se pose notre regard. En fait, ça commence souvent par un rêve. Alors soyons vigilant afin que la suite soit encore plus lumineuse. 

Publié sous : LE BONHEUR
logo-novisoft