LE BLOG DE MICHET

Pour apprendre, s’amuser et partager.

Si vous souhaitez recevoir gratuitement par courriel, les articles sur l’AMOUR, le BONHEUR et la RETRAITE au fur et à mesure qu’ils sont publiés, inscrivez-vous à notre flux rss, en cliquant sur l’icône orange en dessous de ce texte, à droite. Si vous préférez n’être abonné qu’à l’un de ces thèmes, cliquez sur l’icône apparaissant sur la page de ce thème. Vous pouvez, bien sûr, en tout temps vous désabonner.
dimanche, 30 avril 2017 07:24

Préparer sa retraite et y être heureux

Photo petit princePréparer sa retraite et y être heureux

Se préparer à prendre sa retraite, c’est un peu comme se préparer à faire un long voyage dont on a entendu parler, mais qu’on n’a pas encore visité.

Bien s’y préparer c’est d’abord identifier sa destination. Qu’est-ce que je souhaite faire à la retraite?

C’est ensuite s’assurer d’avoir le budget pour y arriver.

Connaître ses différentes sources de revenus.

Être prêt à visiter des contrées inconnues et à se secouer les puces quand la léthargie nous gagne.

C’est demeurer ouvert et disponible tout au long du voyage pour voir et saisir les opportunités de bonheur qui vont immanquablement se présenter.

C’est garder l’œil ouvert sur son objectif de vie : être heureux.

C’est prendre la responsabilité de son bonheur et ne pas attendre que d’autres s’en occupent ou que la situation change.

C’est s’impliquer, s’investir dans un projet, une activité, dans la vie en général.

C’est accepter que le métabolisme ralentit, qu’il faut entretenir son corps et son esprit, les challenger parfois. Une journée ou deux à ne rien faire, ça va. Un mois ou deux, attention, danger. Manque de motivation ou d’intérêt? Problème de santé? Ça vaut vraiment la peine d’investiguer pour maintenir sa qualité de vie.

C’est se fixer de nouvelles priorités et être prêt à les changer si en cours de route on voit que le bonheur est ailleurs.

C’est se choisir, revenir à l’essentiel et garder le cap sur ce qui compte vraiment pour nous.

Il y aura des hauts et des bas et c’est ok. La retraite ce n’est pas magique, c’est la vie qui continue… autrement.

-------------

Intéressés par ce que les 2 paliers de gouvernement pourraient vous verser? Voici 2 liens utiles pour les résidents du Québec:

Pour connaître le montant de rentes de la RRQ auxquelles vous pourriez avoir droit

http://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/services/services_en_ligne/regime_rentes_quebec/Pages/regime_rentes_quebec.aspx

Pour vérifier la PSV (Pension de sécurité de vieillesse) versée par le gouvernement fédéral à compter de 65 ans https://www.canada.ca/fr/services/prestations/pensionspubliques/rpc/securite-vieillesse/paiements.html

 

Publié sous : LA RETRAITE

Pour mes amis retraités 

Je vois depuis quelque temps des gens à la retraite qui ne se sentent pas bien de ne pas travailler. Ils ont l’impression qu’il y a quelque chose qui cloche. Tout ce temps dont il dispose maintenant sans structure ni organisation, sans objectif ni but à atteindre et sans aucune obligation ni défi à relever. 

mouettes  vancouver - 375 pixelsCertains m’ont confié se sentir coupables… coupables de ne pas travailler (l’argent rentre et je ne fais rien pour ça, c’est bizarre comme je ne me sens pas à l’aise)… coupables de ne pas trouver cela extraordinaire toute cette liberté retrouvée alors qu’ils ressentent plutôt un grand vide intérieure… coupables d’avoir tout ce temps et de ne pas avoir de plaisir à en disposer… coupables d’avoir l’impression de faire du surplace et de ne plus se sentir utiles. Et ils sont souvent les premiers surpris de faire ce constat. « Ce n’est pas ce que j’avais imaginé en prenant ma retraite ». 

Pas surprenant de se sentir désorienté pendant un certain temps quand on a passé 35, 40 et même 50 heures par semaine à travailler pendant 40 ans. (pour une entrée sur le marché du travail à 20 ans et une prise de retraite à 60 ans par exemple).  

Pas surprenant de se sentir désorienté quand on a été assujetti pendant toutes ces années à un horaire pensé par un employeur pour répondre à ses besoins. 

Le défi à la retraite en est un de taille. En effet quand avons-nous pris le temps de réfléchir à ce qui nous rendait heureux et donnait du sens à notre vie? Quand nous sommes-nous accordé la première place? Il y avait souvent quelque chose de plus important et qui réclamait notre attention (le conjoint, les enfants, les responsabilités professionnelles, les amis, etc.). Là, c’est à notre tour et peu de gens y sont habitués et y sont préparés. 

Une période de transition de quelques mois et parfois même quelques années est souvent nécessaire avant de trouver un style de vie et un rythme qui nous convient.  

Quatre choses me semblent essentielles pour réussir avec bonheur cette traversée. La première est de prendre conscience que, dorénavant, c’est à nous qu’il incombe d’organiser nos journées. Le travail n’est plus là pour le faire et s’attendre à ce que notre conjoint prenne la relève et ait des idées ou encore que nos amis ou anciens collègues pensent à nous et nous appellent est dangereux. Personne d’autre ne peut prendre cette responsabilité pour nous. 

La deuxième est de revoir ses priorités, guidé par ses intérêts, ses passions et tout ce temps dont nous disposons maintenant pour en profiter. 

La troisième est de se ménager un horaire qu’on pourra modifier éventuellement. Un horaire avec trois ou quatre activités récurrentes qu’on aime particulièrement. En se faisant un devoir de le respecter, indépendamment du temps qu’il fait (c’est tellement facile de se désister quand il fait froid, humide ou qu’il pleut…). Se ménager un minimum d’activités récurrentes durant la semaine rassure, sécurise et crée un sentiment d’emprise sur sa vie. Trois ou quatre activités, ça laisse aussi beaucoup de place pour les imprévues, les surprises et les coups de cœur qu’on risque d’avoir quand on est curieux, ouvert et disponible.  

La quatrième est en fait un des secrets que toutes les personnes heureuses à la retraite partagent. Ils ont des projets. Et c’est souvent ce qui les rend enthousiastes, dynamiques et leur procure beaucoup de bonheur. En fait, en y regardant de plus près, je réalise que c'est ce qui donne de la vie à leur vie.

Publié sous : LA RETRAITE
mardi, 18 février 2014 21:24

Sortir de sa zone de confort à la retraite

Sortir de sa zone de confort

Quand les minutes, les heures et les semaines se ressemblent…

Quand le moindre imprévu nous irrite…

Quand la vie semble manquer de piquant…

Quand l’indolence s’installe et que tout, ou presque, semble pénible…

Quand, sans raison, la morosité nous envahit…

Il est temps de se secouer les puces et de sortir de sa zone de confort.

Et à la retraite, cette zone de confort tant souhaité alors qu’on était au travail peut facilement se transformer en ennui ou en irritabilité après un certain temps.

C’est tellement facile de s’isoler, seul ou en couple, et de réduire au minimum ses sorties et ses activités.

Comment éviter de tomber dans ce piège ou d’en sortir?

Voici quelques suggestions pour casser le moule avant qu’il ne prenne ou que nous y soyons trop à l’étroit, coincés par nos habitudes.

bk-listSortir tous les jours de la maison. Le danger serait de s’encabaner et de trouver à redire chaque fois sur le temps qu’il fait (trop chaud, trop froid ou trop humide pour mettre le nez dehors.) Ce simple geste peut avoir tout un impact sur le reste de la journée et par ricochet sur notre qualité de vie.

bk-listAller vers les gens, sourire à ceux que l’on croise, entamer une conversation.

bk-listProvoquer les rencontres et les sorties pour donner de la vie à sa vie, pour découvrir de nouvelles façons de penser et de s’amuser, pour créer des liens.

Oui, sortir tous les jours de la maison, prendre des cours, assister à des spectacles, faire du bénévolat, chanter dans une chorale, organiser une fête surprise pour quelqu’un de très cher, s’investir dans la vie, quoi, pour que la vie prenne tout son sens et qu’elle soit porteuse de joie.

Pour que la vie nous amène ailleurs, loin de nos problèmes et de nos petits bobos qui tout à coup disparaissent quand nous osons plonger l’esprit ouvert et disponible à l’extérieur de notre zone de confort.

Mais il faut du courage pour plonger dans le vide et faire confiance, convaincu que le meilleur est encore à venir.

Et ça commence par un petit pas…

 

Pour d'autres astuces, visitez www.lmsickini.com 

Publié sous : LA RETRAITE
logo-novisoft